UN REGARD PLURIEL SUR LE MONDE [MARDI 28 MAI]

🇹🇩Tchad : la lutte contre le terrorisme réclame davantage de vies militaires et civiles

Le 25 mai, quatre personnes dont, un cameraman de la tĂ©lĂ©vision nationale en mission et trois militaires sont morts de suite d’une explosion de mine dans la province du Lac. Ils Ă©taient en mission avec une dĂ©lĂ©gation du Chef d’état-major pour constater l’après-attaque sur un camp militaire tchadien par des Ă©lĂ©ments de la secte Boko Haram. La secte terroriste attaque les bases militaires la nuit tombĂ©e et se replie dans ses grottes aussitĂ´t le forfait commis. EngagĂ© activement depuis 2015 dans la bataille contre Boko Haram au Nigeria, Niger et Cameroun, le Tchad enregistre des centaines de morts sur le terrain, mais aussi dans l’Est du pays, notamment dans la localitĂ© fragilisĂ©e du Lac, frontalière avec le Nigeria. 

🇹🇩Des présumés tortionnaires ayant causé la mort d’un détenu ont été mis à la disposition de la justice

Deux dĂ©tenus ont Ă©tĂ© torturĂ©s dans un commissariat, oĂą l’un des deux trouve la mort par la suite. Ils auraient Ă©tĂ© torturĂ©s sur un ordre du commissaire adjoint au commissariat de la sĂ©curitĂ© publique, numĂ©ro 7 (CSP7) dans le 7e arrondissement de la capitale N’Djamena. C’est ainsi qu’hier, le 1er Substitut du Procureur de la RĂ©publique avait annoncĂ© lors d’un point de presse la mise aux arrĂŞts de deux officiers, un agent de l’Agence nationale de sĂ©curitĂ© (ANS) et le commissaire adjoint, tous auraient participĂ© Ă  la torture des dĂ©tenus. C’est le deuxième cas de torture et mort occasionnĂ©e par la brutalitĂ© policière en moins de quatre semaines. Un jeune de 25 ans avait Ă©tĂ© torturĂ© dans un autre commissariat de la capitale avant de rendre l’âme quelques heures plus tard dans un hĂ´pital.

🇧🇫Burkina Faso : les attaques terroristes fragilisent la sécurité du pays

Au Burkina Faso, le terrorisme a refait surface dimanche dernier, emportant ainsi quatre vies lors d’une messe dans une Ă©glise catholique. SecouĂ© par l’insĂ©curitĂ©, le Burkina Faso, jadis stable et Ă©pargnĂ©, est aujourd’hui confrontĂ© au terrorisme. Au dĂ©but du mois, une autre attaque avait eu lieu dans une Ă©glise, causant la mort de dix fidèles religieux. Pour le gouvernement burkinabĂ©, les assaillants seraient des islamistes terroristes retranchĂ©s dans le Mali voisin. Depuis 2016, le Burkina Faso a connu plus de 200 attentats terroristes. Selon le centre de rĂ©flexion International Crisis Group, l’apparition du terrorisme au Burkina Faso a Ă©tĂ© privilĂ©giĂ©e par la chute du rĂ©gime CompaorĂ© en 2014. L’ex prĂ©sident aurait conclu des accords avec certains groupes jihadistes afin de les empĂŞcher de s’en prendre Ă  son pays, mais la chute de son rĂ©gime aurait laissĂ© un vide.

🇳🇪Manifestations populaires contre les bases militaires étrangères sur le sol nigérien 

Les bases militaires Ă©trangères ne soutiennent pas assez les efforts du Niger dans la lutte contre le terrorisme, selon les manifestants, qui rĂ©clament du coup le dĂ©part des bases militaires, notamment françaises, allemandes et amĂ©ricaines. Samedi, des Ă©tudiants et Ă©lèves sont descendus dans les rues de Niamey pour faire entendre cette rĂ©clamation aux autoritĂ©s du pays, mais surtout les pays occidentaux concernĂ©s, tout en apportant leur soutien aux forces de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ©s du Niger (FDS). Tenant des pancartes sur lesquelles Ă©taient inscrites “hommage aux forces de dĂ©fense et de sĂ©curité”, “vive le Niger”, “à bas les bases militaires Ă©trangères” ou encore “à bas les jihadistes et Boko Haram”, les manifestants insistent que les attaques terroristes pouvaient ĂŞtre Ă©vitĂ©es s’il y avait une franche assistance des armĂ©es Ă©trangères stationnĂ©es dans le pays.

NDJAMENA 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *