L’État islamique décapité à son tour

© Maison Blanche

Il est mort comme « un chien »… « un lâche »… « Il criait et pleurait », a annoncé le président américain, Donald Trump, dimanche 27 octobre. « Tout le monde devrait le savoir, il n’est pas un héros » a tenu a précisé le Chef de l’État lors de l’annonce de la mort du « terroriste en chef », Abou Bakr al-Baghdadi, tué en Syrie au cours d’une opération musclée des forces spéciales américaines.

Des sources sécuritaires indiquent qu’il s’est suicidé en actionnant une ceinture explosive dans un tunnel où il a été coincé.

Depuis la Maison Blanche, Donald Trump suivait de près l’opération qui a mis fin à la vie de l’un des terroristes les plus redoutables qu’a connu le monde.

Surnommé « le fantôme », Abou Bakr al-Baghdadi était depuis recherché par les Américains, en échange de 25 millions de dollars a quiconque pouvait indiquer où le terroriste se cachait.

En fuite à la chute de l’État islamique, le terroriste en chef a été en fin de compte « décapité » à son tour dans la nuit du 26 au 27 octobre, à l’âge de 48 ans.

NDJAMENA 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *