Coronavirus : conseils pratiques pour épargner le Tchad de la pandémie mortelle

Des professionnels de la santé déployés à la frontière tchado-camérounaise. Image du ministère tchadien de la Santé publique.

Jusqu’à présent, le Tchad est officiellement l’un des pays épargnés du coronavirus, baptisé COVID-19 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). De par le monde cependant des pays comme la Chine, l’Italie, et l’Iran ont déjà respectivement enregistrés 3.169, 827, et 429 cases de décès avec des milliers de personnes toujours contaminées dont le sort reste encore inconnu. Toutefois, indiquent les responsables médicaux, des milliers de personnes ayant contracté le virus ont pu recouvrir la santé d’elles-mêmes. Notons cependant qu’il n’existe pas encore de vaccin définitif contre ledit virus.

L’Afrique se réjouit toujours du fait d’être le continent le moins touché, mais la donne risque de changer avec des cas qui se découvrent au Nigeria, ou encore au Cameroun voisin. Cela dit, le Tchad doit impérativement prendre des mesures drastiques dans le cas où la pandémie se rapproche de plus en plus de lui. Dit-on, mieux vaut prévenir que guérir. Déjà que le Tchad a une forte main d’œuvre étrangère, et donc fragile à une propagation éventuelle sur son territoire, l’heure ne doit point être à la négligence, mais à la vulgarisation de mesures strictes et des campagnes de sensibilisation des hautes instances sanitaires du pays. 

Comment se protéger du coronavirus au niveau personnel, familial et local

Pour éviter d’être victime du coronavirus, il faut au préalable adopter la mentalité selon laquelle cette pandémie est mortelle et peut atteindre n’importe qui. Étant donné que le Tchad est l’un des pays les plus récalcitrants, surtout dans le domaine sanitaire, il faut donc par anticipation prendre ses propres dispositions au niveau personnel, familial et local, telles que :

  • Éviter d’entretenir la panique en vulgarisant des fausses informations sur le coronavirus 
  • Se laver régulièrement les mains avec du savon 
  • Éviter de se serrer les mains (surtout celles des étrangers ou personnes ayant effectué des voyages récents en dehors du Tchad vers les pays à risques) 
  • Éviter de se toucher la figure après avoir serré la main de quelqu’un (il faut toujours se laver les mains après tout contact)
  • Éviter de s’embrasser (sur les joues ou sur les lèvres) si l’autre personne présente des symptômes du coronavirus (fièvre, rhume, toux, difficultés respiratoires, pneumonie dans les deux poumons)
  • Éviter si nécessaires les rassemblements qui favorisent les contacts directs avec un grand public, tels que les festivités, cérémonies de mariage, deuils, rassemblements politiques, etc.
  • Rester chez soi si l’on soupçonne avoir contracté le coronavirus (se référer aux symptômes ci-haut cités), et contacter une structure sanitaire ou son médecin le plus rapidement possible 
  • Éduquer les personnes âgées ou atteintes du virus sur les risques de contamination et les possibilités de se rétablir (bon régime alimentaire, se laver les mains et le corps régulièrement avec du savon, adopter une bonne hygiène, limiter les contacts avec autres personnes, éviter de contracter toute autre maladie qui pourrait aggraver son état de santé, etc.) 

Sur les près de 130.000 cas du coronavirus officiellement enregistrés mondialement, quelque 5.000 sont morts, mais plus de 68.300 ont recouvert la santé. Toutefois, il n’existe toujours pas de vaccin, mais les recherches scientifiques s’intensifient afin d’y trouver des solutions permanentes contre le virus. Les personnes qui se sont rétablies sont notamment des victimes qui manifestaient des symptômes légers. Dans la plupart des cas graves, la mort est quasiment une certitude.

Comment épargner ou minimiser les cas éventuels du coronavirus au niveau national

Pour épargner le Tchad au niveau national, cela révélerait justement d’une compétence étatique, à savoir :

  • Renforcer les capacités sanitaires de par le pays, et surtout dans les villes les plus peuplées ou à risque, notamment par la formation du corps médical qui devrait être prêt à affronter toute éventualité, et doté aussi d’équipements nécessaires les centres de santé pour le diagnostique et la prise en charge des patients 
  • Renforcer la sécurité au niveau des frontières tant terrestres qu’aériennes, surtout avec les pays ayant déjà enregistrés des cas du virus  
  • Sensibiliser régulièrement la population, surtout dans les écoles, les universités et les lieux de cultes où la population a tendance de se réunir
  • Renforcer les campagnes de sensibilisation par l’implémentation de panneaux publicitaires, et la diffusion desdites campagnes à la télévision, sur les radios et dans les journaux locaux en différentes langues (Français, Arabe, Ngambay, etc.)  
  • Prêter attention particulièrement aux voyages des ressortissants tchadiens vers le bercail, surtout des ressortissants résidant dans des pays à risque ou ayant récemment séjourné en dehors du pays 
  • Distribuer aux voyageurs entrant sur le sol tchadien des désinfectants pour les mains et consignes de précaution
  • Si nécessaire, temporairement suspendre les événements sportifs et concerts qui conduiront au rassemblement de milliers de personnes, ou soit distribuer des désinfectants pour les mains aux entrées des stades
  • Soutenir l’économie locale en y injectant des fonds de subvention ou favoriser les relaxes fiscales dans la mesure du possible afin d’atténuer les pertes des opérateurs économiques victimes commerciales de la propagation du coronavirus  

Étant une nouvelle maladie qui se propage si vite globalement, il est dans l’intérêt de chaque pays et surtout le Tchad, jusqu’à présent épargné, de prendre des dispositions nécessaires avec le concours des populations locales pour éviter le sort que vivent certains pays.

N’DJAMENA 24

2 thoughts on “Coronavirus : conseils pratiques pour épargner le Tchad de la pandémie mortelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *